Les exécutifs d’Aquitaine se retrouveront le 12 juillet 2012

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, accueillera la Conférence des exécutifs aquitains, exercice de gouvernance partagée, dans le but de construire les grands projets concernant le territoire régional le jeudi 12 juillet 2012 à l’Hôtel de Région, à Bordeaux.

Les exécutifs acteront les propositions issues des groupes de travail mis en place depuis février 2011 dans cinq domaines :

  1. formation, emploi, insertion ;
  2. logement ;
  3. foncier ;
  4. politique de l’eau ;
  5. Thd.

La Conférence des exécutifs aquitains du 12 juillet 2012 permettra aussi :

  • de proposer un point d’information sur la prochaine étape de programmation 2014-2020 pour les fonds européens et le Cper ;
  • de présenter la proposition de gouvernance, à l’échelle territoriale, du Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui doit être présenté en Séance Plénière du Conseil régional le 22 octobre 2012.

En plus des exécutifs départementaux, cette conférence réunira également les présidents de huit Ca et de la Cub, et les maires de leurs villes-centres, comme Bordeaux, Périgueux ou Dax.

Source : Conseil Régional d’Aquitaine

Lgv, la Région Aquitaine dénonce la « posture purement électoraliste » de Michèle Alliot-Marie

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, et Bernard Uthurry, premier Vice-Président en charge des infrastructures, ont rappelé aujourd’hui, 13 avril 2012, que la décision ministérielle du 30 mars 2012 est conforme aux positions validées par le comité de pilotage du 9 janvier 2012, qui est l’instance de concertation locale réunissant les représentants des collectivités concernées et présidé par le Préfet de la région Aquitaine, coordonnateur des Grands Projets du Sud Ouest.

S’il est compréhensible que Madame Alliot-Marie ait une opinion particulière sur ce sujet concernant son territoire, il est en revanche choquant qu’une ancienne Ministre d’État conteste ainsi une décision d’intérêt général prise selon des principes démocratiques qui fondent notre modèle républicain. Au vu de ses dix années successives passées à la tête de quatre ministères différents, il est surprenant de constater que Madame Alliot-Marie n’a pas une parfaite connaissance des rouages de l’administration d’État.

Il est plus étonnant encore de lire une mise en cause de la légitimité du travail réalisé par Réseau Ferré de France – établissement public relevant de l’État -, et celui du Directeur Général des Infrastructures, des Transports et de la Mer [Daniel Bursaux], qui, par une décision parfaitement régulière, a concrétisé l’engagement de l’État français pour ce projet comme me l’ont confirmé le Premier Ministre, François Fillon, en date du 9 janvier 2012 et la Ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, en date du 1er février 2012.

Les Grands Projets du Sud Ouest représentent des enjeux économiques et environnementaux de premier ordre pour notre pays.

La phase [de] travaux va d’abord générer des retombées positives pour notre région en terme d’emploi, de formation et de dépenses locales. Puis, ce projet va connecter l’Aquitaine et lâ Espagne au réseau ferroviaire européen à grande vitesse. Un avantage essentiel pour notre tissu économique et pour l’industrie du tourisme et pour les besoins de déplacement de chaque Aquitain.

Le Conseil Régional d’Aquitaine reste pleinement mobilisé pour le développement de l’intermodalité et des modes de transports durables, dans l’intérêt général des aquitains.

Alain Rousset

Source : Conseil Régional d’Aquitaine

La Région Aquitaine a pris acte de la décision ministérielle approuvant le tracé des Grands Projets du Sud-Ouest

L’annonce de la décision ministérielle approuvant le tracé des Grands Projets du Sud Ouest va désormais permettre de lancer les études préalables à l’enquête publique, une étape essentielle pour le développement du ferroviaire en Aquitaine.

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, et Bernard Uthurry, premier Vice-Président en charge des infrastructures et des transports, ont pris connaissance avec satisfaction de cette décision de bon sens qui, en premier lieu, permet d’engager les phases d’étude et de réalisation des Grands Projets du Sud Ouest, a-t-on appris le 6 avril 2012. Elle met ainsi en phase ce projet avec la réalisation de l’Y basque qui sera opérationnel en 2017, via la ligne existante entre Astigarraga et Irun, afin d’assurer la continuité trans-frontalière et met en perspective la prolongation de la Lgv entre Toulouse et Narbonne.

Continuer la lecture de « La Région Aquitaine a pris acte de la décision ministérielle approuvant le tracé des Grands Projets du Sud-Ouest »

Le Fonds de Solidarité Territoriale s’élève à 12 millions d’euros pour la section Angoulême – Bordeaux

Patrick Stefanini, Préfet de la Région Aquitaine, Président du Comité des Exécutifs de la section Angoulême – Bordeaux, et Yves Dassonville, Préfet de la Région Poitou – Charentes, Président du Comité des Exécutifs de la section Tours – Angoulême, ont organisé lundi 5 mars 2012 à Talence une réunion conjointe des comités des exécutifs pour organiser la gestion du Fst dans le cadre de la construction de la Lgv Sea Tours – Bordeaux.

Après la réunion du 10 novembre 2011 à Angoulême, en Charente, cette rencontre s’est déroulée en présence des représentants de 18 co-financeurs du projet et de 97 représentants des communes traversées, et a permis de valider les modalités de gestion du Fst, à raison de 18 millions d’euros pour la section Tours – Angoulême et de 12 millions d’euros pour Angoulême – Bordeaux.

À la suite de l’arbitrage du Premier Ministre en janvier 2012, il a été acté que les répartitions seraient allouées de la façon suivante : 90 % de la somme en fonction des kilomètres de ligne nouvelle et 10 % en fonction du nombre d’habitants par commune.

Les deux préfets ont précisé aux différentes communes la nécessité d’envoyer dès à présent leurs projets aux services de l’État afin que ceux-ci soient instruits dans les meilleurs délais.

Source : Préfecture de la Zone Sud Ouest, Région Aquitaine, Département de la Gironde

Ligne à Grande Vitesse, vers l’amélioration de la desserte du Béarn et de la Bigorre

Patrick Stefanini, Préfet de la Région Aquitaine, Préfet coordonnateur des études du Grands Projets du Sud Ouest, a réuni le 5 mars 2012 à Talence le Comité de Pilotage Béarn – Bigorre, en présence notamment de Martine Lignères-Cassou, Présidente de la Communauté d’Agglomération de Pau Pyrénées, Genevivèe Darrieussecq, Présidente de la Communauté d’Agglomération du Marsan, Bernard Uthurry, Vice-Président du Conseil Régional d’Aquitaine, Charles Marziani, Vice-Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées, Georges Labazée, Président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, et Bruno de Monvallier, Directeur Régional de Réseau Ferré de France.

Ce Comité de Pilotage a validé les résultats des études complémentaires et de la concertation préparatoire à la saisine de la Commission Nationale du Débat Public pour le projet d’amélioration de la desserte ferroviaire du Béarn et de la Bigorre.

Le Comité de Pilotage a décidé de retenir trois scénarios de lignes nouvelles permettant de desservir à terme Pau et Tarbes respectivement en 1 h 00 et 1 h 30 (depuis quel endroit ? ndr) : ces projets seront présentés par Réseau Ferré de France dans le dossier de saisine de la Commission Nationale du Débat Public. Dans ce cadre, à la demande de Martine Lignères-Cassou, sera étudiée une variante à voie unique pour la section de ligne nouvelle envisagée entre Pau et Tarbes.

Le Comité de Pilotage a également approuvé la proposition de Réseau Ferré de France de réaliser les études d’une alternative aux différents scénarios présentés, à savoir la modernisation de la ligne existante entre Dax, Pau et Tarbes. Cette alternative sera également incluse dans le dossier de saisine de la Commission Nationale du Débat Public.

Enfin, le Comité de Pilotage a approuvé le plan de financement du débat public dont le montant prévisionnel s’élève à deux millions d’euros.

Sur la base des scénarios retenus en séance, le Comité de Pilotage a demandé à Réseau Ferré de France de saisir la Commission Nationale du Débat Public le plus tôt possible, afin qu’un débat public puisse se tenir avant le déroulement de l’enquête d’utilité publique des Grands Projets du Sud Ouest, sous réserve de la décision de la Commission Nationale du Débat Public sur la prise en considération de ce projet.

Source : Préfecture de la Zone Sud Ouest, Région Aquitaine, Département de la Gironde

Financement de la ligne à grande vitesse, Alain Rousset a écrit à François Fillon aujourd’hui, 5 mars 2012

Dans un courrier adressé aujourd’hui, 5 mars 2012, à François Fillon, Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, réagit aux récentes annonces des Départements du Gers et du Lot-et-Garonne de retirer leur financement, et au courrier conjoint adressé hier au Premier Ministre par la Région Midi-Pyrénées, le Conseil Général de Haute-Garonne et la Communauté Urbaine du Grand Toulouse.

Le Président de la Région Aquitaine affirme sa détermination à voir aboutir ce grand projet envisagé comme un tout indissociable et s’interroge sur la pertinence du modèle de financement retenu.

Continuer la lecture de « Financement de la ligne à grande vitesse, Alain Rousset a écrit à François Fillon aujourd’hui, 5 mars 2012 »

Pour Alain Rousset, « Il faut raison garder ! » à propos du financement de la Ligne à Grande Vitesse

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, a réagi hier, 14 février 2012, aux récentes déclarations du Président du Conseil Général du Lot-et-Garonne, Pierre Camani, et du Président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, sur la question du financement des projets ferroviaires.

En réponse à diverses déclarations de nature à semer un certain trouble sur le soutien financier des collectivités dans ces projets ferroviaires, la Région Aquitaine tient à rappeler l’importance stratégique de la Lgv Sea pour le développement du Sud-Ouest français et pour le désenclavement de l’Aquitaine.

Le Gouvernement a demandé à plusieurs collectivités locales de partager le financement de cette infrastructure. Il faut aujourd’hui que le Gouvernement entende que ces collectivités locales sont dans une situation financière fiscale difficile.

C’est le Gouvernement qui, je le rappelle, est le maître d’ouvrage de ce projet, qui doit proposer des initiatives à Pierre Camani pour corriger une telle situation financière. En même temps, j’appelle tous les élus à la tête des grandes collectivités à poursuivre ce qui pour l’Aquitaine et Midi-Pyrénées est le chantier du siècle, car il s’agit de l’avenir de nos régions. Il faut penser à l’avenir de nos territoires, à celui de nos enfants et de nos petits-enfants.

Enfin, il faudra ensuite inventer et mettre en œuvre une profonde réforme des finances locales, organiser l’autonomie financière des collectivités territoriales, et lancer un acte III de la décentralisation qui clarifiera le partage des compétences.

Source : Conseil Régional d’Aquitaine

Pour les élus locaux, le Fonds de Solidarité Territoriale est inacceptable en l’état

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, Philippe Madrelle, Président du Conseil Général de la Gironde, et Vincent Feltesse, Président de la Cub, dénoncent les modalités de répartition du Fst doté de 12 millions d’euros pour la Lgv Sea sur la section Angoulême – Bordeaux, a-t-on appris le 8 février 2012.

Ce dispositif d’accompagnement des territoires traversés a pour objet d’améliorer l’insertion environnementale de la Lgv Tours – Bordeaux. Réunis en Comité des Exécutifs le 10 novembre 2011, la Région Aquitaine, le :gg: et la Cub ont exprimé le souhait d’une meilleure répartition de ce fonds en respectant deux critères : 50 % pour le linéaire de voies traversant la commune et 50 % pour le nombre de la population des communes traversées. Cette demande avait, d’ailleurs, reçu l’appui du Préfet de la Région Aquitaine, coordonnateur du projet.

Continuer la lecture de « Pour les élus locaux, le Fonds de Solidarité Territoriale est inacceptable en l’état »

Ligne à Grande Vitesse, modalités de répartition du Fonds de Solidarité Territoriale

La Lgv Sea entre Tours et Bordeaux est un chantier majeur pour le développement économique et l’aménagement du territoire des régions Aquitaine et Poitou-Charentes. Pour accompagner ce projet, un Fst de 30 millions d’euros pour le tronçon Tours- Bordeaux, financé par l’État, Réseau Ferré de France et les collectivités territoriales partenaires, a été créé, pour soutenir des initiatives de valorisation environnementale, culturelle, patrimoniale des territoires des collectivités traversés, a indiqué la Préfecture de la Zone Sud Ouest, Région Aquitaine, Département de la Gironde le 7 février 2012.

Continuer la lecture de « Ligne à Grande Vitesse, modalités de répartition du Fonds de Solidarité Territoriale »

« Salariés du chantier de la Ligne à Grande Vitesse, la Gironde vous accueille ! »

La Lgv Sea est une nouvelle ligne ferroviaire de 302 kilomètres entre Tours et Bordeaux, permettant au Tgv d’atteindre une vitesse de 350 km/h et mettant Bordeaux à 2 h 05 de Paris. Sa construction constitue le plus grand chantier de Lgv en France et en Europe et représente une opportunité en matière de développement économique et d’emploi pour le territoire.

En Gironde, la Lgv traversera 16 communes du territoire nord-girondin jusqu’à Bordeaux, soient 30 kilomètres de voies nouvelles dont trois kilomètres de raccordement pour desservir la gare de Bordeaux.

Le Conseil Général de la Gironde agit contre l’exclusion professionnelle en favorisant l’accès au chantier de la Lgv Sea dans le Nord de la Gironde des publics en situation d’insertion professionnelle. À cet effet, le dispositif départemental de la Clause sociale est mobilisé. L’institution départementale est, en outre, l’actrice pilote d’un dispositif favorisant l’accès du chantier aux entreprises locales.

Vigilant sur la qualité de l’insertion environnementale du projet, le Conseil Général de la Gironde contribue à la mise en place du Fonds de Solidarité Territoriale intégré dans le financement du projet, permettant notamment l’insertion environnementale de la future Lgv Sea dans les territoires traversés.

Le Conseil Général de la Gironde a également mis en place un dispositif d’accueil des salariés du chantier pour faciliter leur installation sur son territoire, a-t-on appris hier, 24 janvier 2012. Il propose un annuaire actualisé d’offres d’hébergement, de restauration et de services liés à la vie quotidienne pour assurer l’accueil des salariés à proximité du chantier.

Cet annuaire est réalisé grâce au concours du Comité Départemental du Tourisme de la Gironde, des Offices du Tourisme, des Caisse des Dépôts et Consignations des territoires nord-girondins, et des professionnels concernés.

Lien : Projet Lgv Tours – Bordeaux

Source : Conseil Général de la Gironde