La Région Aquitaine agit pour la sauvegarde de la faune aquatique

Logotype de la Région Aquitaine

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine, et les élus régionaux se sont réunis en Commission Permanente le lundi 11 juillet 2011 à l’Hôtel de Région et ont voté 424 dossiers pour un montant total de 108 050 301,61 euros.

Avec 300 kilomètres de côtes, des estuaires, des ports, et des fleuves, l’Aquitaine est un territoire privilégié pour la pêche maritime et l’aquaculture. Ces activités contribuent fortement à l’équilibre de l’économie littorale et continentale du territoire aquitain et à la préservation de l’identité régionale. L’aquaculture, qui regroupe la conchyliculture et la pisciculture, reste néanmoins un secteur fragile, fortement dépendant des conditions structurelles et conjoncturelles, d’où la nécessité pour le Conseil Régional d’Aquitaine d’agir pour pouvoir préserver ces activités primordiales pour l’Aquitaine.

Des mesures pour l’amélioration de l’activité ostréicole sur le Bassin d’Arcachon

L’ostréiculture est une activité maritime majeure pour la Région, notamment sur le Bassin d’Arcachon, en Gironde, et sur le Lac d’Hossegor, dans les Landes, avec près de 850 hectares de parcs à huîtres, 320 entreprises et une production d’environ 9000 à 10 000 tonnes d’huîtres par an. Le Bassin d’Arcachon est confronté à de graves problèmes mettant en péril la production ostréicole.

La prolifération d’huîtres sauvages dites Crassostréas Gigas dans le Bassin d’Arcachon met en péril les capacités de production, ainsi que la qualité du milieu. La Srcaa souhaite réaliser un programme de nettoyage des concessions conchylicoles pour pallier ce problème. La Région Aquitaine lui accorde ainsi la somme de 57 962 euros pour la réalisation de cette opération, qui permettra en outre d’améliorer les conditions en matière de santé animale et de qualité des produits, et aura également à terme un effet bénéfique sur l’environnement.

La Région attribue également une subvention de 10 061 euros à la Srcaa pour son suivi de la mortalité des jeunes huîtres au titre de l’année 2011, dont les causes ne sont toujours pas élucidées aujourd’hui.

La préservation des espèces piscicoles migratrices

Les poissons migrateurs représentent pour l’Aquitaine des enjeux à la fois patrimoniaux, économiques et sociaux de premier rang.

Leur préservation sur les principaux axes fluviaux (Adour-Gave, Dordogne, Garonne) constitue une véritable priorité pour le Conseil Régional d’Aquitaine, qui décide de soutenir le programme 2011 de réintroduction des poissons migrateurs, avec une subvention globale de 222 867 euros. Ce programme, animé par les Etablissements Publics Territoriaux de Bassin Dordogne (Epidor), Garonne (Smeag), et Adour (Institution Adour), concerne plus particulièrement les espèces migratrices amphihalines comme les saumons, les aloses, les lamproies, ou les anguilles, et prévoit la mise en place d’équipements de passe à poissons, d’actions de repeuplement, ainsi que le suivi des populations.

La Région Aquitaine attribue également 54 194 euros à l’Adera, pour qu’elle réalise une étude sur le stock d’anguilles jaunes en milieu fluvial et estuarien entre la Garonne, la Dordogne et la Gironde. Les résultats de cette étude permettront de contribuer au plan national de gestion de l’anguille qui préconise la réduction des perturbations sur les trois stades biologiques de l’espèce afin d’en assurer la sauvegarde.

Source : Conseil Régional d’Aquitaine